27, Juil 2023
Le ministère de la Justice abandonne l’accusation de financement de campagne contre Sam Bankman-Fried

Le ministère de la Justice abandonne l’accusation de financement de campagne contre Sam Bankman-Fried

Sam Bankman-Fried, le fondateur et ancien patron de FTX, a récemment été libéré d’une accusation de financement illégal de campagne. Selon les avocats de SBF, la charge de financements frauduleux de campagnes de politiques américains va être abandonnée. Les procureurs en charge du dossier admettent qu’ils vont devoir abandonner la charge d’accusation suivante contre SBF: “Complot en vue d’apporter des contributions illégales à des campagnes électorales”.

SBF avait jusqu’à 13 chefs d’accusation qui pesaient sur ses épaules. Mais, au grand dam de ces nombreuses victimes, il y avait un fort risque que seulement 8 charges ne soient finalement pas retenues. Cela, uniquement pour une histoire d’accord d’extradition entre les Bahamas et les États-Unis.

Sam Bankman-Fried s’en vantait à grands cris en 2020 : il faisait un très important don de 5,2 millions de dollars à Joe Biden pour battre Donald Trump à l’élection présidentielle des USA. En mai 2022, quelques mois avant que le désastre qu’était FTX se révèle avec sa faillite, SBF parlait même de faire des dons de 100 millions à 1 milliard de dollars pour être sûr que Trump ne revienne pas en 2024.

L’ex-CEO de la crypto-bourse FTX a ainsi graissé des pattes fait des dons généreux et totalement désintéressés a de très nombreux politiques en plus de Joe Biden. Majoritairement à ceux du camp Démocrate, qui est pourtant le plus hostile à Bitcoin et aux cryptomonnaies.

Mais, mauvaise nouvelle ce 26 juillet 2023, Sam Bankman-Fried ne sera pas jugé pour cette accusation. Non pas parce qu’il ne serait magiquement plus coupable de ces faits, mais à cause de ce qu’on peut considérer comme un vice de procédure. La justice US a tranché, SBF n’est pas coupable d’avoir « généreusement contribué » aux campagnes de politiciens US.

En cause, le simple fait que cette accusation ne faisait pas partie des 8 chefs d’inculpations initiaux pour lesquels les Bahamas ont accepté l’extradition de l’ancien patron de FTX aux États-Unis. On peut ainsi lire dans cette lettre des procureurs américains : « (…) Le gouvernement a été informé que les Bahamas ont notifié aux États-Unis, plus tôt dans la journée, que les Bahamas n’avaient pas eu l’intention d’extrader l’accusé pour le chef d’accusation de contributions frauduleuses à des campagnes électorales. Par conséquent, conformément à ses obligations conventionnelles envers les Bahamas, le gouvernement n’a pas l’intention de procéder à un procès sur ce chef d’accusation. »

C’est une tournure intéressante dans l’affaire Sam Bankman-Fried et il sera intéressant de voir comment cela affectera les autres accusations portées contre lui.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *